Conseils carrière

Vous trouverez dans cette rubrique tout les conseils qui peuvent vous être utiles. A savoir, comment postuler à une offre, des conseils pour vos entretiens, les dernières nouveautés Salesforce, ainsi que des conseils sur le logiciel et plein d'autres renseignements. N'oubliez pas de faire un tour sur cette rubrique régulièrement!

A. Les différents types de métier Salesforce

B. Comment devenir un consultant Freelance Salesforce?

C. Astuces pour réussir un entretien

D. Comparateur de salaire

 

A. Les différents types de métier Salesforce

 

TitreDescription

Développeur Salesforce

Les missions générales d'un développeur Salesforce sont le développement sur Apex et Visualforce et la maîtrise de la modélisation de données et d’algorithmie. Ce dernier doit bénéficier d'une expérience en intégration avec des systèmes tiers, avoir une connaissance des API Salesforce. Il se doit également d'être flexible et avoir une forte capacité d’adaptation pour s'intégrer aux différents milieux ou secteurs auxquels il est confronté. De plus, le développeur Salesforce doit bénéficier d'une capacité à comprendre les problématiques fonctionnelles métiers et une expérience en rédaction de documentations est généralement appréciée.


Administrateur Salesforce
 

L'administrateur Salesforce est en charge de l'administration et du paramétrage du SI, de la gestion de la base de données, ou encore de la gestion, création et modifications des users. Il est le support N1. Il se doit également de définir les procédures et les traitements informatiques afin d’améliorer les performances du SI, ainsi que vérifier au respect des règles de sécurité et de confidentialité des données informatiques en vigueur dans le groupe.


Consultant fonctionnel Salesforce
 

Les missions d'un consultant fonctionnel Salesforce sont la rédaction des spécifications fonctionnelles, l'accompagnement des équipes métier lors du déploiement, les animation d’ateliers, le suivi de projet lors des phases de conception et de réalisation ou encore la configuration et le paramétrage.


Architecte technique Salesforce
 

Les missions de l'architecte technique Salesforce sont de faire l'inventaire et la cartographie des SI, déterminer les critères d’éligibilité Cloud pour préparer le client à la migration, ou encore définir le catalogue de services avec le client. Ses autres missions sont d'évaluer les solutions techniques selon le contexte et l'environnement du client, définir l’architecture de la solution retenue, accompagner les entreprises à migrer leurs parcs dans l’environnement Cloud, normaliser et industrialiser la démarche, fournir un support technique basé sur des exemples d’implémentation et enfin concevoir des solutions de sauvegardes.


Expert Salesforce Quote-To-Cash(SteelBrick)
 

Un expert Salesforce quote-to-cash a pour missions de recueillir les exigences et faciliter la définition des besoins de l’équipe de développement, communiquer et aire la liaison efficacement entre les utilisateurs finaux et les équipes techniques, configurer les produits et les prix, maximiser le « cross-selling » et le « up-selling » et livrer rapidement les devis. Il est également en charge de traiter les commandes, factures et paiements ou encore générer une visibilité et un aperçu immédiat de toutes les parties du processus de vente.

 


Chef de projet Salesforce
 

Le chef de projet Salesforce a pour missions d'être rattaché à un Responsable de Domaine. Le Chef de projet confirmé est un expert technico-fonctionnel des applications et solutions de son domaine, lui permettant de participer de la conception à l’implémentation des nouvelles solutions IT ou de l’évolution des solutions existantes. Il doit également mettre en œuvre et conduire des projets depuis leur conception jusqu’à leur mise en production, dans le respect du budget accordé, du délai et des performances attendues. Enfin le plus souvent, ce dernier se doit d'être mobile.


Responsable technique
 

Le responsable technique a pour missions d'être rattaché au Responsable de Domaine. Il fait partie de l’équipe de développement. Il participe à la conception, à la mise en œuvre, telle que la configuration et le développement et aux tests techniques, comme par exemple unitaire, performances ou robustesse, sur les projets, sous-projets, évolutions, et anomalies confiés.

Le responsable technique peut être amené à intervenir sur des projets stratégiques en build, ainsi que sur la maintenance des périmètres existants : relation client et relation partenaire.
Vous écrivez la documentation technique sur le périmètre confié.
De plus ce dernier est la force de proposition sur les choix d’implémentation technique des besoins fonctionnels.
Il doit bénéficier d'une parfaite connaissance des bonnes pratiques de mise en œuvre sur Salesforce, notamment en proposant avant tout des solutions standards, à défaut des solutions par développement.
Le responsable technique se doit d'être en veille permanente sur l’écosytème Salesforce afin de connaitre les toutes dernières nouveautés. Il doit aussi travailler en collaboration avec des consultants externes.


Expert Data Manager
 

L'expert data manager est un partenaire actif de tous les acteurs économiques concernés. Ses missions sont de recommander et appuyer les améliorations, nécessaires à la stratégie globale de l’entreprise, travailler les Bases De Données et atteindre un niveau qualitatif élevé. Il doit aussi déterminer des cas d’études inhérents à de nouvelles fonctionnalités, ainsi que jouer un rôle crucial dans la conception, les essais et la mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités ou processus. Gérer et veiller au bon fonctionnement des règles dans le CRM et vérifier le respect des règles de sécurité, de confidentialité des données informatiques en vigueur dans le groupe sont également des activités inhérentes à son travail.


Formateur Salesforce
 

Le formateur Salesforce est en charge de l'administration et du paramétrage du CRM Salesforce. Il doit former dans des entreprises de plusieurs dizaines d’utilisateurs Salesforce et leurs préparer des supports adaptés à la formation dispensée. Il faut également qu'il soit capable de réaliser des formations sur Salesforce et pouvoir les effectuer dans des délais divers.

B. Comment devenir un consultant Freelance Salesforce?

 

Etre freelance n'est pas pour tout le monde, mais pour ceux quicherchent à faire de l'argent supplémentaire ou peut-être même quitter votre travail et de travailler pour vous-même, devenir freelance est une excellente option. Si vous êtes permanent, vous devez choisir votre société de la meilleure des manières. Dans ce post, je vais partager certaines de mes expériences et vous donner mes idées sur la meilleure façon de commencer.

Tout d'abord, avant de commencer, ce message est destiné à ceux qui ont déjà une expérience avec Salesforce.

J'ai commencé à travailler en tant que freelance en 2012 tout en continuant à travailler à plein temps. Mon intention était d'avoir un peu plus d'argent à dépenser et rembourser ma dette personnelle le plus rapidement possible. Après quelques années, j'ai travaillé sur plusieurs projets et suis tombé amoureux du travail.

J'ai décidé de démarrer une société à responsabilité limitée (SRL) pour en faire une entreprise parallèle qui me permettra d'évoluer rapidement dans l'avenir. Maintenant tout les bases sont posées et ma propriété personnelle est également protégé.

Alors, comment voulez-vous devenir freelance ou comment bien gérer votre carrière de consultant permanent? Jetons un coup d'œil à ce dont vous avez besoin.

 

Déterminer votre disponibilité

Avant de postuler pour des emplois, il est important de savoir combien de temps vous pouvez consacrer à un projet freelance. Vous devez être honnête avec vous-même et définir une frontière ferme, car il est très facile de se faire consommer dans un seul ou plusieurs projets.

Entre le temps avec votre famille, les vacances et vos horaires de travail typique, vous devez disposer de 4 à 8 heures par semaine pour vous intégrer pleinement dans vos missions. Si ce n'est pas le cas, ne vous engagé à rien. Si un accord vient sur votre bureau et nécessite 10 heures de travail par semaine, vous devriez peut-être le refuser.

Mis à part le nombre d'heures, vous devez également déterminer le nombre de contrats que vous pouvez gérer. Pour moi personnellement, deux contrats actifs me donnent beaucoup de travail. Parfois, c'est trop en fonction de ce qui se passe dans ma vie personnelle et professionnelle. J'ai refusé plusieurs offres parce que je n'ai tout simplement pas le temps pour gérer plus de deux dossiers.

Déterminez votre disponibilité et respectez-la lorsque vous parlez avec des clients potentiels.

Si vous êtes permanent cela n'engagera en rien sur votre disponibilité étant donné que vous travaillerez au sein d'une seule et même société. Cependant ne prenez pas le risque d'accepter des missions annexes. La plupart du temps les sociétés incluent des clauses vous interdisant ce type d'activités dites extra-professionnelles.

 

Déterminer votre valeur

C'est peut-être l'une des parties les plus difficiles pour le débutant freelance. Sans avoir travaillé comme consultant dans le passé, j'ai dû essayer de déterminer ce que serait un juste taux pour le travail qui sera fait sur mes nuits et week-ends. Dans mon impatience de trouver un emploi, je n'ai facturé que 35 € de l'heure lors de mon premier contrat. Grosse erreur.

Réalisant ceci, j'ai tendu la main à la communauté de Twitter et ai demandé ce que d'autres chargent. Les taux horaires variaient de 50 à 120 € par heure (ou même plus). Ces informations m'ont  aidé à négocier un taux plus élevé pour mon prochain contrat. Le problème était que le taux n'était toujours pas à la hauteur de valeur que le marché peut soutenir. J'ai donc changé à nouveau.

Comme je parlais de tout cela avec un ami, il a soutenu que mon temps était peut-être encore plus précieux en tant que consultant car le coût d'opportunité était très élevé. Passer du temps avec ma famille le soir est crucial et vaut beaucoup plus de 35€ de l'heure.

On craint de négocier un taux avec un client. Nous nous disons que citer un taux élevé peut effrayer les clients et c'est exactement ce que vous ne voulez pas faire.

Rappelez-vous, vous pouvez toujours négocier votre taux vers le bas. Je n'ai jamais été en mesure de négocier le prix.

Si vous êtes un consultant permanent et que vous débutez basé vous sur les grilles de salaires moyennes que touche un employé lors de son commencement. De nombreuses sont présente sur le net et vous donneront de bonnes indications quand au salaire que vous pouvez demander. D'autre part, si vous avez déjà de l'expérience, il s'agit de faire comme pour tout autre travail en vous basant sur vos salaires précédent.

 

Tout faire dans la légalité

En général, si l'argent est échangé de main à main, j'aime obtenir une trace écrite. Tous les clients pour lesquels j'ai collaboré ont un contrat et un énoncé de travail. Heureusement, mon père écrit et négocie des contrats pour gagner sa vie, il a été en mesure de créer une entente de services de consultation avec moi qui comprend un tas de jargon juridique, mais vous n'avez pas besoin d'un document juridique complexe. La clé est de créer un document qui permettra aux deux parties d'être d'accord et de le signer.

Votre contrat doit inclure un langage autour de ce qui suit:

                - Quel sera votre taux horaire convenu et ce que vous toucherai (comme le temps et les matériaux, les frais de déplacement, etc.).

                - La fréquence des factures et dates d'échéance et frais de retard (c'est-à-dire facture mensuelle avec paiement remis 14 jours après la date de facturation avec une taxe de retard de 2% par jour pour chaque jour le paiement est en retard).

                - Détermination de la langue (qui peut résilier le contrat, quand et comment).

Il s'agit donc du quoi et quand du projet. Il doit inclure une brève description du travail qui sera fait et quelques échéances générales (le nombre d'heures...).

Il existe plusieurs outils pour créer un document juridique formel en ligne, y compris un appelé RocketLawyer qui vous demande une série de questions et remplit vos réponses dans le modèle juridique. Bien qu'il y ait des frais pour créer ces documents, ils peuvent être réutilisés pour de futurs engagements.

Pas de soucis à ce faire de ce côté là si vous êtes permanent. Cependant on vous l'a appris depuis toujours, lisez bien les clauses de votre contrat afin d'éviter les mauvaises surprises.

 

Obtenir les bons outils

Il ya seulement une poignée d'outils dont un consultant a besoin et ils tombent dans la catégorie des heures et le suivi des dépenses et la facturation. Plusieurs outils existent - la plupart d'entre eux ont une version gratuite avec des fonctionnalités limitées ce qui est parfait pour ceux qui viennent de commencer.

 

Suivi du temps et facturation

J'utilise un outil appelé Harvest pour suivre le temps et facturer les clients. Harvest propose une version gratuite de son application qui permet deux projets actifs. Suivre le temps contre un projet est vraiment facile et peut être classé dans n'importe quel type de service ou de la tâche que vous pouvez fournir. Il permet également une description détaillée du temps passé qui peut être inclus sur les factures.

Parlant de factures, Harvest permet également aux utilisateurs à tous les niveaux de créer des outils professionnels en regardant dans la catégorie factures pour les services. Les factures peuvent être envoyées électroniquement ou téléchargées en PDF et envoyées à votre client. Il existe également une option pour recevoir le paiement en ligne via PayPal.

En tant que consultant permanent, il y a de grandes chances que votre société bénéficie déjà d'outils qu'elle mettra à votre disposition.

 

Les outils de communication

Lorsque vous commencerez, il n'est pas important d'avoir tout ces outils de communication, mais si vous pouvez décider d'en avoir quelques uns, cela facilitera votre travail avec les clients.

Google Voice est un excellent moyen de séparer votre numéro de téléphone personnel avec un numéro de téléphone pour les «affaires». J'ai utilisé Google Voice dans le passé pour créer une  délimitation entre ma vie personnelle et professionnelle et j'ai constaté que cela a bien fonctionné. Cependant, étant un utilisateur iPhone, je ne pense pas qu'il fonctionnerait aussi bien si j'utilisais Android.

Les outils de partage d'écran et de conférence Web / audio peuvent également être nécessaires en fonction des besoins du client. Je me suis retrouvé à vouloir partager mon écran, mais sans un outil de partage d'écran, c'est difficile à faire. Recherchez vos options à l'avance et créez un compte avant toute réunion où il peut être nécessaire de partager des écrans.

UberConference est une excellente option qui est gratuite. Les autres outils gratuits sont FreeConferenceCall.com ou encore Join.me.

 

Trouver un emploi

Maintenant que vous avez tout les outils à votre disposition, il est temps de trouver un travail. Il y a plusieurs options pour trouver des postes. Personnellement j'ai trouvé que LinkedIn était le meilleur moyen. Publier une mise à jour de statut de votre profil afin de faire savoir à votre réseau que vous êtes à la recherche d'un poste. Il y a de fortes chances que plusieurs personnes vous répondent.

Après avoir fait cela quelques fois, les gens de votre réseau remarqueront que vous êtes freelance, et les offres commenceront à arriver.

Si LinkedIn ne fonctionne pas pour vous, il existe d'autres sites pour proposer vos services :

                - Elance

                - Odesk

                - Guru

Sur les job board classique vous trouverez également des offres regardez donc du côté de Monster ou Indeed.

Enfin bien sûr il y a MyjobSFDC, le site spécialisé qui vous mettra en relation avec des sociétés en recherche active, aussi bien pour des consultants freelance que permanent.

 

Faites que cela arrive!

Avec tous ces outils, vous êtes prêt à commencer. Ne soyez pas intimidés et ne laissez pas cette petite voix vous faire douter et vous dire que vous ne pouvez pas y arriver. Vous savez déjà comment utiliser Salesforce.

 

Extrait tiré de " How to Become a Freelance Salesforce Consultant" par Brent Downey

C. Astuces pour réussir un entretien

 

Dress-code, langage, communication non-verbale... Au-delà de votre parcours professionnel et votre habilité à bien le présenter, les recruteurs sont également sensibles à votre attitude en entretien. Autant d'éléments à prendre en compte pour le jour J.

 

Faire attention à ce que vous dîtes et à la manière dont vous vous exprimez

Nous avons tous des tics de langage. Mais entre une discussion informelle entre amis et un entretien d'embauche, certains sont à proscrire, d'autant que cela peut être horripilant. Les "hein", "heu", "quoi" qui ponctuent les phrases sont à bannir. De même que les fautes de français : plus jamais de "si j'avais su, j'aurais pas venu"!

 

La communication verbale et non-verbale

Votre CV est béton, votre parcours professionnel colle parfaitement à l'annonce à laquelle vous postulez. Et pourtant, le jour de l'entretien, vous n'arrivez pas à convaincre le recruteur ? Pour qu'un discours soit entendu, qu'importe le fond, il faut y mettre les formes. En clair, il est nécessaire de maîtriser l'intonation de sa voix pour mieux vendre votre présentation. En effet, il est difficile de croire qu'un candidat est dynamique s'il le dit d'une voix trop "molle"... Pensez aussi à la manière dont vous vous tenez face à votre interlocuteur, à votre jeu de mains ainsi qu'à votre regard. Même si cela peut paraître secondaire, le recruteur sera forcément sensible à la manière dont vous vous comportez.

 

Une tenue correcte

En entretien vous êtes jugé à "55% sur votre apparence, à 38% sur votre gestuelle et à seulement 7% sur vos propos", explique Virginie le Cozic, directrice d'une agence de conseil en image. Si on peut regretter ce "diktat de l'apparence", une tenue adaptée en entretien est cependant un prérequis attendu du recruteur. A moins de travailler dans le milieu de la mode, le protocole veut que vous vous présentiez sous votre meilleur jour en entretien d'embauche.

 

Etre ponctuel

Jamais, ô grand jamais, vous ne devez être en retard à un entretien d'embauche, même si votre interlocuteur vous laisse ensuite poireauter. En cas d'imprévu, prévenez l'entreprise et faites votre mea culpa. Cela est considéré comme la moindre des politesses...

 

Ne pas arriver les mains dans les poches le Jour J

Pour réussir son entretien d'embauche, il est nécessaire de l'avoir bien préparé. Sur la forme comme nous l'avons évoqué précédemment mais aussi sur le fond. Cela vous permettra d'être cohérent lors de votre présentation et de répondre du tac au tac aux questions du recruteur. Vous ne serez pas déstabilisé et vous pourrez alors lâcher vos fiches pour afficher un discours plus spontané. La confiance en soi est toujours payante : elle rassurera votre interlocuteur. Un bon point pour l'étape d'après !

 

Parlez de vous de manière synthétique

Cette question piège demeure un classique de l'entretien d'embauche. Rien ne sert de stresser : le recruteur n'attend pas de vous un long monologue depuis votre naissance à aujourd'hui. Au contraire, le but est de tester votre capacité à synthétiser un discours clair en lien avec le poste et votre présence en entretien. Alors n'en faites pas des tonnes, soyez concis mais clair et vendeur...

 

Ne jamais critiquer, et encore moins son ancienne société

S'il est une chose à ne jamais faire, c'est bien de dire du mal de votre ancienne entreprise, ou de vos anciens collègues, hiérarchiques ou non. Même si c'est une des raisons pour lesquelles vous cherchez à partir, vous devrez légitimer votre actuel choix de carrière par un argument professionnel. Personne n'aime être critiqué et encore moins savoir qu'il pourra l'être...

 

La sortie

Dernier point important lors d'un entretien d'embauche, la manière dont vous y mettez un terme. Si un recruteur vous demande à la toute fin si vous avez des questions, il est vital d'avoir noté - par écrit éventuellement - dans un coin de votre tête les points que vous souhaitez approfondir. Cela signifie que vous vous projetez déjà dans le poste et que vous prenez les choses à cœur. Enfin, pour conclure l'entretien, il est de rigueur de remercier votre interlocuteur, de lui dire au revoir et, encore mieux, de saluer les autres personnes qui vous ont accueilli. Sinon, le ou la personne à l'accueil aura vite fait de vous tailler un costard...

 

Les autres points à ne pas oublier ou sous-estimer : Être soi-même / Se renseigner sur l'entreprise / Retourner la question du salaire / Face à une question déstabilisante : l'humour

D. Comparateur de salaire

 

Etes vous bien payé ? Votre rémunération est-elle au prix du marché ? Ci-dessous vous trouverez des statistiques sur les métiers Salesforce qui vous aideront et vous guideront à comparer à votre grille de salaires